Comment fonctionne un gilet pare-balles ? | Tactique Delta

Soldes d'hiver ! -12% avec le code HIVER.

Comment fonctionne un gilet pare-balles ?

Comment fonctionne un gilet pare-balles ?

de lecture

Vous êtes-vous déjà demandé comment un simple gilet pouvait arrêter des balles de gros calibres ? Peut-être que son mode de fonctionnement vous est totalement inconnu ?

En effet, lorsque l'on réalise à quel point les balles peuvent être rapide, on ne peut que s’émerveiller devant un tel exploit. Pourtant, la performance des gilets pare-balles a su prouver son efficacité au fil des années. Il suffit d’en apprendre davantage sur les matériaux requis dans leur fabrication et la manière avec laquelle les différentes matières qui les composent sont utilisées afin de comprendre comment une  simple veste protectrice parvient à stopper des projectiles aussi féroces et mortels que les balles.

Au sein de cet article, nous étudierons :

  • La composition du gilet pare-balles
  • Le fonctionnement du kevlar
  • Comment reconnaître un bon gilet pare-balles

Commençons sans plus tarder !

Gilet Pare-Balles

De quoi est fait le gilet pare-balles ?

Il va sans dire que le gilet pare-balles est, avant tout, une armure. Bien entendu, contrairement à celles des anciens temps, où les hommes se battaient à coups de lance et d’épée, l’armure moderne doit être capable d’absorber des projectiles à vélocité extrême. On parle ici d’au moins de balles de pistolet dont la vitesse moyenne se situe entre 250 et 500 m/s.

D’ailleurs, il est important de noter que les gilets pare-balles ont fait leur évolution la plus importante assez tard. En effet, alors que les revolvers et autres machines à tuer étaient devenus particulièrement performants durant le début du 20e siècle, les gilets pare-balles en kevlar ne sont apparus qu’au début des années 1970.

Le kevlar : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une fibre synthétique que Stephanie Kwolek a créée en 1965. Durant ce temps, la chimiste travaillait pour le groupe Dupont. Pour développer cette matière, Kwolek s’était basée sur la force que pouvaient avoir les atomes entre eux. Au bout de plusieurs années de recherche, elle a mis au point des polymères capables de résister à une force extrême, grâce à cette même loi de physique.

Comment définir les polymères ?

Contrairement à ce que certains peuvent penser, les polymères existent bel et bien dans la nature. On en trouve même dans des matières organiques, comme le bois et la soie. Cependant, les polymères conçus dans les laboratoires s'apparentent plus à du plastique. Ainsi, il est possible de les faire fondre afin de leur donner une variété de formes. De plus, à ce niveau, les polymères deviennent extrêmement résistants. Aujourd’hui, on utilise cette matière dans une variété de domaines industriels, dont l’industrie lourde.

Le polymère utilisé dans les gilets pare-balles est le Poly paraphénylène téréphtalamide. Il a été découvert par Kwolek alors qu’elle cherchait à créer un nouveau plastique, afin qu’il soit utilisé dans le processus de création d’un nouveau caoutchouc pour les roues. Naturellement, la chercheuse était loin de se douter qu’elle allait bientôt découvrir le kevlar. 

Le secret de cette matière réside dans sa constitution. En effet, le polymère synthétique est composé d’un nombre massif de fils qui sont entrelacés et collés les uns aux autres, constituant ainsi un tissu extrêmement résistant. Par ailleurs, il résiste au froid, et même à la chaleur extrême. En tenant compte de tous ces avantages, on comprend vite pourquoi les fabricants des gilets pare-balles, comme DuPont, n’ont pas hésité à inclure le kevlar dans leurs vestes.

Gilet Pare-Balles NIJ 4

Le fonctionnement du kevlar

Comme nous l’avons indiqué précédemment, le kevlar est constitué d’une multitude de fils entrelacés de manière à constituer un tissu. En prenant toutes ses caractéristiques en considération, il n’est pas surprenant qu’une plaque en kevlar arrive à absorber le choc d’une ou de plusieurs balles. Afin de s’assurer que le projectile ne perce pas la plaque, les fabricants n’hésitent pas à entasser plusieurs couches de kevlar les unes sur les autres. Plus la plaque comporte de couches, plus elle est efficace dans l’absorption des chocs.

Bien entendu, cela veut aussi dire que chaque couche a une limite bien définie. C’est la raison pour laquelle les balles de gros calibres, plus massives et plus furtives que les autres, ont plus de chances de percer les plaques des gilets pare-balles.

Heureusement, il est possible de se protéger davantage en ajoutant des plaques en acier et en porcelaine. Cependant, il faut savoir que ces protections additionnelles viennent également avec plus de poids et elles ne sont pas recommandées à ceux qui ont besoin de préserver leur vitesse et leur agilité. 

D’autre part, le tissu qui couvre le gilet pare-balles est généralement fait de fibres pouvant s'abîmer au fil du temps. La bonne nouvelle est qu’il est possible de récupérer les plaques, à partir du moment où la nouvelle veste protectrice est a la même taille que l’ancienne.

Depuis que le kevlar a été introduit dans le processus de fabrication des gilets pare-balles, de nombreuses vies ont été sauvées, et ce, surtout au sein des rangs des forces de l’ordre. Aussi, dans les pays où le port d'armes est accessible au plus grand nombre, comme les Etats-Unis, on peut trouver du kevlar même dans les sacs à dos des enfants. Ces derniers sont créés en suivant un processus de création similaire à celui des gilets pare-balles modernes. Ce signe, certes alarmant, est également une preuve de l’efficacité du kevlar.

Comment mesurer l’efficacité des gilets pare-balles ?

Durant des décennies, l’homme était incapable de se défendre efficacement contre les coups de feu. Avant l’invention du kevlar, la protection était plutôt minimale et sa performance était assez médiocre. Après plusieurs années de recherche et de développement, les scientifiques ont su élever le niveau de protection à un seuil satisfaisant, notamment, grâce au kevlar. Cette matière présente des caractéristiques uniques qui lui permettent d’absorber une rafale et d’empêcher ainsi les balles de pénétrer puis d’atteindre le corps.

Les non-initiés qui achètent des gilets pare-balles peuvent penser que ces derniers les transformeront en une véritable forteresse impénétrable ; un genre de blindé humain. Or, la réalité en est toute autre. En effet, la capacité d’absorption de cette veste protectrice a une certaine limite. Cela veut dire qu’à partir d’un certain calibre et une certaine vitesse du projectile, les plaques du gilet risquent de céder et la balle sera en mesure de percer le corps.

Par ailleurs, il est important de noter que dans ce cas, le porteur risque de subir des dégâts corporels massifs, avant même que la balle ne transperce la plaque. Cela est dû à l’ampleur du choc, qui peut causer de graves blessures. En effet, la balle peut forcer son chemin partiellement à travers la plaque, et c’est cette dernière qui peut finir par vous blesser, ou même causer des fractures osseuses. Pour cette raison, il est toujours conseillé d’opter pour les gilets pare-balles dont les plaques peuvent absorber, puis disperser le choc, minimisant ainsi son impact sur le corps.

L’importance des matériaux utilisés

Les matériaux utilisés dans la fabrication des gilets pare-balles sont traités de manière à ce qu’ils puissent résister aux balles d’une variété d’armes à feu. Depuis sa création, le kevlar a su impressionner les experts pour sa capacité d’absorption et de dissipation d’énergie. Il n’est donc pas surprenant qu’il soit aujourd’hui un composant quasiment essentiel dans la fabrication des meilleurs gilets pare-balles.

Le kevlar n’est pas le seul élément qui définit la qualité d’un gilet pare-balles. Il est aussi important de considérer le tissu utilisé dans la confection du gilet. Parmi les critères essentiels à prendre en compte, on trouve le tissu utilisé pour ranger les plaques et la qualité des sangles de la veste. En effet, ces deux éléments peuvent avoir un impact significatif sur la performance du gilet.

Un tissu de mauvaise qualité peut lâcher et se déchirer à tout moment, ce qui peut exposer la vie du porteur à un grand danger. De même, des sangles qui cassent rapidement peuvent rendre tout le gilet obsolète. 

La forme de kevlar la plus résistante

Le type de kevlar le plus solide et le plus pratique pour les vestes protectrices est celui qui ressemble le plus au tissu. En installant plusieurs couches, on peut obtenir des plaques solides, capables de résister aux coups de feu les plus furtifs. Naturellement, plus la plaque contient de couches, plus elle sera efficace dans l’absorption des chocs. Ceci dit, cela veut aussi dire qu’elle sera plus lourde. Il est donc important de choisir l’épaisseur de plaque parfaite, en fonction du besoin. 

Notez également que sous cette forme, les fibres gagnent considérablement en solidité. Ainsi, lorsque quelqu’un reçoit une balle en portant un gilet pare-balles en kevlar, ce dernier aura plus de chances d’absorber le choc, sans risquer de blesser le porteur. Sans la capacité d’absorption que cette forme de kevlar offre, le risque de pénétration de la balle augmente. Pour cette raison, il est primordial d’utiliser ce type de kevlar pour protéger les zones les plus sensibles, comme celles qui couvrent les organes internes.

La taille du gilet pare-balles et son impact sur sa performance

Beaucoup ne portent pas assez d’attention sur ce point essentiel. Pourtant, porter un gilet pare-balles de la bonne taille peut faire la différence. En effet, lors de la conception d’un gilet pare-balles, les fabricants placent les plaques de façon à ce qu’elles puissent protéger les parties les plus vulnérables du corps. Ils vont même jusqu’à effectuer des tests au centimètre près, afin de trouver l’emplacement idéal pour chaque plaque de protection.

Il se trouve que porter un gilet qui n’est pas à la bonne taille peut complètement changer la donne. Les plaques risquent de ne pas se situer là où elles doivent être afin de vous offrir une protection optimale, même si elles finissent par bloquer les balles. Ces dernières peuvent donc se loger dans les coins de la plaque, là où cette dernière est le moins efficace.

Par ailleurs, un gilet pare-balles ne doit jamais aller plus bas que le niveau du nombril, car il peut considérablement limiter l’agilité du porteur. De plus, porter un gilet de la sorte peut également heurter la furtivité, car son frottement avec la ceinture et le pantalon peut faire beaucoup de bruit et alerter l’ennemi. Pour finir, il est intéressant de noter qu’un gilet que l'on porte jusqu’au bassin peut devenir particulièrement gênant et inconfortable lorsqu’on adopte une position assise.

Quelles sont les parties que le gilet pare-balles doit couvrir ?

Comme nous l’avons indiqué plus haut, un gilet pare-balles doit protéger essentiellement les organes vitaux. Par conséquent, il peut ne pas protéger les intestins ou encore les reins, car des blessures à ce niveau ne sont pas fatales. Cela dit, d’un point de vue purement technique, vous pouvez couvrir la vaste majorité de votre corps, si vous le souhaitez. Bien entendu, cela viendra au prix cher de votre mobilité et de votre furtivité. En effet, en vous couvrant le corps de toutes les plaques possibles, vous serez à peine capable de bouger.

Gilet Pare-Balles Agent de Sécurité

Comme vous pouvez le constater après la lecture de cet article, le bon fonctionnement d’un gilet pare-balles dépend essentiellement de la qualité de sa fabrication. S’il est de mauvaise qualité, même un gilet pare-balles en kevlar peut vous exposer à bien plus de risque que vous ne le pensez. Ceci dit, maintenant que vous en savez davantage sur le fonctionnement des gilets pare-balles, vous serez certainement plus apte à choisir celui qui vous sera le plus utile. N’oubliez pas de baser votre choix sur vos besoins, car une meilleure protection n’est pas toujours ce que vous cherchez dans un nouveau gilet.

Retrouvez dès à présent sur notre site Tactique Delta de nombreux modèles de gilets pare-balles, comme par exemple des Gilets Pare-Balles NIJ 4. Vous trouverez également d'autres variétés de vestes protectrices, comme par exemple un Gilet Pare-Balles Agent de Sécurité

À vous de jouer ! 


Abonnez-vous pour recevoir nos articles !